Neige de Jakuchu (2017)

Commission : Théâtre de Cornouaille.
Edited by Artchipel.

Instrumentation : String Quartet
Duration : 20’
Dedication : Quatuor Diotima.

Premiered in 2017, may 16th in Théâtre Max Jacob (Quimper) - Festival Sonik.
Quatuor Diotima.

Neige de Jakuchu (若冲の雪 ), constitue mon premier véritable quatuor à cordes.

Jakuchu est un peintre japonais né en 1716 et mort en 1800. L’extrême singularité esthétique et la virtuosité technique du peintre ont été un vrai choc lorsque je découvre son œuvre, à l’occasion d’une magnifique exposition au Tokyo Metropolitan Art Museum à Ueno en mai 2016.
Certains traits et gestes, certaines couleurs semblent contenir tout ce qui sera développé par la suite dans la peinture ou l’expression picturale japonaise, d’Hokusai au manga. À un foisonnement motivique et chromatique quasi-expressionniste se confronte souvent un minimalisme de l’encre, presque diaphane : le lien entre les deux s’incarne pour moi au sein des différentes textures que la neige arbore dans ses compositions. Ombrée, projetée, statique, mouvante, dense, légère, la neige y est également vectrice de plans ; je tente de la « musicaliser » comme matériau principal du quatuor, tout en proposant un travail sur l’espace entre fulgurances et fragilités gelées.

La structure du quatuor, au niveau macro-formel, fait appel au travail de l’écrivain Antoine Volodine, qui a déjà inspiré des œuvres plus anciennes, en particulier mon cycle Nara.
Dans son ouvrage Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, ce dernier explore des formes littéraires qu’il a lui-même inventées comme par exemple la shaggå, les entrevoûtes, le murmurat, ou encore les narrats. Réappropriées et mises en tension avec le « manteau neigeux » du matériau, elles forment l’ossature du quatuor.